Peinture,
Hôtel d’Oléon Boysseuil, 16 rue sallier

La couleur c’est avant tout cette émotion spécifique qui m’a fait venir à la peinture lorsque j’étais enfant. Puis, à travers van Gogh, Nicolas de Staël, Cézanne, Matisse et tant d’autres, j’ai poursuivi inlassablement cette immersion totale dans les pigments purs. C’est une sorte de vertige émotionnel sans retenue, un appel sans possible retour.

Dans la forme, on trouvera cette interaction entre figuratif et abstraction qui n’en finit pas de me mettre en échec. L’un donnera de l’histoire à cet autre qui jouera sa partition de mystère et puissance silencieuse. Je lutte continuellement  entre ces deux pôles. Un chemin étroit entre ce qui s’écrit dans sa forme existante, et ce qui s’absente dans le silence d’un trait simplifié ou ces aplats monochromies. C’est un jeu d’échec où tout peut se perdre d’un geste.

Quant à la matière, il y a souvent dans mon travail une dualité entre les matériaux bruts, les débris de notre société urbaine, et le pigment pur en aplat ou la transparence des supports. J’aime cette dualité. La fragilité et la transparence du verre ou Plexiglass va entrer en opposition avec le matériau usé, jeté au rebut. Cette opposition laisse à l’esprit le champ des possibles.

Événements dans l’Hôtel d’Oléon Boysseuil

Exposants

Corinne Martel, peinture

Samedi 26 juin

15h30 : Philippe Cariou et Bénédicte Roy,
comédiens, lecture

Dimanche 27 juin

15h : Philippe Cariou et Bénédicte Roy,
comédiens, lecture